Une fille et six garçons mettent le cap sur les Cyclades.

Le récit de leurs vacances à la voile.


L'équipage: 1 skipper, 6 copains venus de France.
Type de croisière: location privative de voilier
Bateau: voilier Beneteau 50
Depart: Paros, le 23 août 2014
Arrivée: Paros, le 29 août 2014
Météo: 28°, ciel dégagé, vent du nord 10-15 noeuds.

Comme chaque année notre groupe d'amis se réunit pour réaliser un voyage. Cet été 2014, nous partons en Grèce explorer les îles Cyclades
en voilier. Aucun de nous n'a de solide expérience dans le domaine de la voile c'est pourquoi nous avons choisi un bateau avec skipper mais aussi une société de location francophone à l'organisation rôdée. Voici le récit de notre aventure, bonne lecture!


croisiere Archipel grece
  Notre bateau: un Beneteau 50 au nom d'Archipel. Le départ est imminent.
 
croisiere Archipel grece
  Alex suit avec enthousiasme les directives du skipper. Ici au winch.
 
croisiere Archipel grece
  Escale à Mykonos
  

JOUR 1 : Paros – Mykonos – Rhinia

Nous rejoignons Paros en provenance de Mykonos après une traversée en ferry sur mer calme d'un peu plus d'une heure. A 12h30, nous débarquons au port de Parikia et moins de cinq minutes plus tard à pied nous voila au port des voiliers où nous accueille Vanessa Gritsis, notre contact tout au long de la préparation à distance de notre croisière. Nous déposons nos affaires sur le bateau, un Beneteau 50 répondant au nom simple et évocateur d'Archipel. Belle surprise en montant à bord, notre skipper s'appelle Éva, une ravissante franco-grecque de 30 ans parfaitement bilingue. Eva nous présente le voilier avec ses 4 cabines boisées et joliment décorées. Chacune est dotée d'un coin WC/douche/lavabo/miroir. Pour des terriens comme nous, elles paraissent un peu exigües mais bien agencées. Les cabines arrières profitent de lits doubles un peu plus larges que celles de l'avant, à privilégier pour les couples. D'emblée l'aménagement de l'espace nous paraît bien pensé, comme un véritable camping-car des mers, convenablement équipé et confortable, avec sa petite touche féminine bien agréable!
 
Nous rejoignons au Marina Café George Gritsis, patron d'Archipel et fin connaisseur des îles grecques, pour une collation sympathique. Lors des nombreux échanges email nous avions fait état de notre souhait de tracer un itinéraire dont la première escale serait Mykonos afin d'y récupérer un compagnon de voyage. Notre skipper et Georges nous présentent la météo de la semaine, les conditions sont réunies pour réaliser notre projet, la joie est unanime! Quelques Mythos (bière grecque), souma (grappa locale) et milk shake plus tard, nous quittons Paros direction la baie d'Ornos à Mykonos pour récupérer Laurent M., le compagnon manquant de notre bande de copains.
 
La mer est désespérément plate, le soleil tape, nous avançons contre le vent au moteur à 5 nœuds. Nous trouvons chacun nos places assez facilement sur le pont. Eva a la brillante idée d'avoir installé une toile légère laissant s'infiltrer l'air et la lumière en parant les rayons assommants du soleil.
 
3 heures 30 plus tard, nous récupérons Laurent M. et quittons la foule d’Ornos pour arriver au coucher du soleil au port abandonné de Rhinia, une île déserte en face de Delos. Delos, haut lieu archéologique est inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. La lumière est ici exceptionnelle. Nous dînons sur le bateau, les lumières de Mykonos au loin s'effacent devant le scintillement des étoiles et la voie lactée, le dépaysement est total, les vacances commencent!


cyclades-en-voilier
  Le site classé de Delos en face de Mykonos..
 
cyclades-en-voilier
Déjeuner à bord dans la crique de Rhinia. La cuisine du voilier est équipée de tout le nécessaire pour cuisiner.
cyclades-en-voilier
Des coussins de pont sont installés pour ceux qui veulent se prélasser pendant la navigation.
 
cyclades-en-voilier
Rencontre avec un habitant de Syros.
  

JOUR 2 : Rhinia – Delos – Syros

7h30, nous appareillons après un café rapide et une tartine de confiture car Delos ne se visite que le matin et nous souhaitons profiter de l'endroit avant l'arrivée des ferries et autres bateaux de croisière déversant leur lot quotidien de touristes à ombrelles.
 
Visite de Delos et baignade dans une crique déserte.
A bord de l'annexe du bateau, serrés les uns aux autres, nous longeons la côte historique de Delos jusqu'au petit port aménagé. La lumière éclaire ces vestiges prestigieux berceaux de notre civilisation. L'entrée de 5 euros est raisonnable. Quasi seuls aux milieux de ces ruines légendaires, nous découvrons l'Agora, le temple de Dionysos et ses phallus dressés puis celui d'Apollon. En remontant vers le mont Cynthe, nous reprenons notre souffle quelques instants dans la grotte d'Héraclès avant de découvrir le magnifique panorama sur les îles de Rhinia, Mykonos, Tinos, Syros, Naxos et Paros. En redescendant vers le port, nous admirons les mosaïques félines de la maison aux masques, les gradins érodés du théâtre ainsi que la quiétude des restes de la maison de Cléopâtre. Il est midi, les ruines sont à présent envahies de centaines de touristes. Eva nous récupère et nous filons vers une crique de Rhinia pour déjeuner tranquillement et se baigner loin de la foule. Coïncidence, nous croisons sur la route son frère Nico, lui aussi skipper. Il nous rejoint sur le bateau avec des glaçons pour l'apéro.
 
Cap sur Syros
Vers 16h00, nous mettons le cap sur Syros, la capitale administrative des Cyclades. Le soleil tape fort, le vent a décidé de rester derrière les montagnes, le ronronnement du moteur nous entraine à 5 nœuds sur une mer claire et paisible pour la saison. Eva en profite pour proposer à Laurent de barrer. Sujet au mal de mer, l'activité lui permet de se concentrer sur la navigation, et cela marche! 2h30 plus tard nous arrivons à Syros, à Ermoupolis avec son port de commerce et son chantier naval. Le soleil se couche sur les deux églises coiffant la ville, l'une orthodoxe, l'autre catholique, signe de l'ancien protectorat français. La ville vit toute l'année et cela se ressent d'emblée. Nous accostons au port, véritable lieu d’échange, avec ses bars branchés, ses restaurants stylisés, ses commerces.
 
Nous nous préparons pour sortir aller dîner dans les hauteurs de la ville à l'Onéro, un petit restaurant en vogue niché dans une cour intérieure verdoyante. En chemin nous traversons la grande place de l'hôtel de ville d'Ermoupolis sur laquelle les habitants semblent s'être réunis pour un concours de spécialités locales. Ville étudiante et artistique, des expositions d'art sont ouvertes tard le soir. Devant le théâtre d'Apollon, réplique miniature de la scala de Milan, François, un grec d'une bonne soixantaine d'année nous aborde en français, tout heureux d'exercer notre langue et de parler de l'histoire de sa ville. Il nous raconte les liens forts avec la France avant d'aller écouter un poète grec se produisant le soir même dans ces lieux.
 
Il est 21 heures, nous arrivons au restaurant dont le cadre très lounge nous enchante. Nous prenons un assortiment de plats grecs typiques, tous meilleurs les uns que les autres : poulpe aux favas (purée de lentilles jaunes), feuilleté aux épinards au coulis de poivron, champignons grillés, salade de choux aux noix et veau braisé aux 'papardelles', moussaka à la saucisse de Syros, un mérou frais aux korthas (sorte de salicorne), le tout agrémenté de vin maison provenant de l'île. Un régal. Pour bien clôturer cette soirée gastronomique, un groupe de jazz local reprend au violon et à la guitare des thèmes Gipsy dans le style Stéphane Grappelli et Django Reinhart. Nous rentrons, repus, vers le port sans oublier une dernière halte gourmande et rafraîchissante au meilleur glacier de la ville!

eglise ermopoulis syros
  Ombres et lumières dans l'église d'Ermoupolis.
 
ermopulis syros
  Marché quotidien à Ermopulis.
 
circuit grece
  Baignade à Rhinia.
 
voile initiation grece
  Eric à la barre.
  

JOUR 3 : Syros - Paros (Naoussa)

Nuit difficile au port d'Ermoupolis entre les bruits des bars et la chaleur, personne n’a vraiment bien dormi. Mais comment les marins font-ils pour supporter cela?? Pour reprendre force et vigueur, Laurent nous prépare un petit déjeuner complet, avec œufs brouillés agrémenté à sa façon, saumon fumé et émincé de tomate/feta, sans oublier le pain frais de la boulangerie, beurre et sa confiture.
 
Visite de Syros
Pendant qu’Éric et Alex profitent d’une légère brise réparatrice pour terminer leur nuit sur le pont du bateau, le reste du groupe part visiter la ville de jour. Ils gravissent les marches en marbre des ruelles escarpées jusqu’aux églises surplombant le port. La vue sur le chantier naval et les villes alentours est imprenable. Un voilier 4 mâts en réparation dévoile sa coque éventrée et sa magistrale ossature. Ils redescendent vers l’église orthodoxe Ogios-Nikolaos près du port, étonnante et captivante. La lumière bleutée joue avec les vitraux en pavés multicolores et se reflète sur les dorures argentées des lustres et les cadres des représentations bibliques. Un Christ éclatant et apaisant s’impose sur le dôme semblant vouloir protéger les âmes de ses fidèles et convertir celles des visiteurs contemplatifs. Après la nourriture de l’esprit, il est temps de passer au marché, installé le long d’une artère menant au port. Les fruits et légumes s’exhibent sur les étales, les poissons exposent leurs écailles luisantes, les commerçants s’agitent et racolent le chaland. Notre panier se compose de figues, d’aubergines, de courgettes, de champignons, de chocolat, d’œufs, de vin de Syros, mais pas de carottes... Introuvables, elles ne sont visiblement pas de saison. Une fois réunis sur le bateau, nous appareillons vers une crique de l’île du phare de Syros, le plus ancien des Cyclades. Il est 13h00.
 
Baignade, navigation et cuisine
2 milles plus loin, nous avalons une salade rapidement préparée avant d’enfiler palmes, masques et tubas (fournis à bord) pour une baignade prolongée dans des eaux translucides aux reflets émeraude. Les poissons se jouent de nous, les oursins se dissimulent dans les gorges des rochers. La saison battant son plein nous ne sommes pas le seul bateau dans la crique, malgré cela nous jouissons d'une grande tranquillité à bord avec en fond sonore une chanson d’Anastasia. Le confort du bateau et cette nature sauvage environnante donnent à cette halte une saveur inoubliable. Que les tracas quotidiens nous paraissent loin!
 
Vers 15h30 nous reprenons notre navigation vers Naoussa, ravissant village en bord de mer au nord de Paros. Le vent est faible, Eva décide quand même de hisser les voiles et en profite pour initier les volontaires aux rudiments de la navigation comme maintenir un cap, tenir le vent et la vague ou encore savoir jauger la trajectoire des autres bateaux. Pendant ce temps, malgré la petite gite, Cédric, Alex et Laurent jouent les virtuoses en cuisine. Nous arrivons vers 18h30 dans la baie du monastère face à Naoussa, que nous visiterons demain. Après un plongeon et une courte baignade, nous passons à table pour un vrai festin de caviar d’aubergine, de flan courgette/basilic et de gâteau banane/nutella... Même en pleine mer, nos marmitons d’eau douce gardent le pied marin et la main habile, pour le plus grand plaisir de nos palais exigeants!
 
Concert de Ross Daly
La nuit tombée, après que le soleil orangé ait baigné ses derniers rayons dans l’eau profonde de la baie, nous partons avec l’annexe vers l’amphithéâtre entièrement restauré à deux pas du monastère. Adossé à la roche d’un côté, l’amphithéâtre se prolonge par un bar de plage plutôt tendance de l’autre côté, ce qui le rend presque moderne. Ce soir nous assistons à un concert en plein air de Ross Daly, un compositeur irlandais installé sur l’île de Crête depuis 1975. Les voix mêlées du Lyra (vièle rustique sans pique) et du Laouto (luth à corde pincées et à manche long) s’élèvent ensemble vers la voûte étoilée, nous emmenant vers d’autres cieux.


Archipel
  Grâce à la drisse on met facilement le pneumatique à la mer.
 
visite naoussa paros
  Naoussa, superbe village à fleur d'eau au nord de Paros.
 
  

JOUR 4: Naoussa - Naoussa

La nuit au mouillage a été aérée et salvatrice grâce à une bonne circulation d’air à travers les hublots et le confort des lits. Il est 9h00, autour du bateau une eau d'un bleu profond. Les premiers sur le pont ne résistent pas à l’envie de piquer une tête. Nous goûtons tout le privilège de ce moment. En cuisine Laurent nous prépare un petit-déjeuner dont il a le secret; une omelette roulée au fromage de chèvre et fines herbes et une petite tarte fine aux tomates, le tout accompagné d’un café bien corsé.
 
Naoussa, un air de Saint-Tropez
 
Voyant qu’aujourd’hui nous étions plutôt enclins à prendre notre temps, Eva propose que nous restions ce soir à Naoussa. Nous profitons d’une place qui se libère pour amarrer au petit port de plaisance et profiter de ce Saint-Tropez local aux airs du Marais à Paris. Les bars branchés et les boutiques chics à la mode rivalisent avec ceux de Mykonos, la foule en moins. La vieille ville est un dédale de ruelles fleuries et colorées, ponctué d’escaliers et de chapelles ornées d’icônes sur bois dorés. En haut, derrière une église, le temps s’arrête dans un cimetière typique dévoilant des tombes affectueusement décorées en hommage aux défunts. De retour au port, la vie jubile, les chalutiers déploient leurs filets grenat et étalent leur pêche au soleil, des poulpes et des gounas (sorte de maquereau). Après plusieurs heures à flâner, à déambuler au gré de nos regards curieux, nous longeons les abords de la ville jouant avec une mer blagueuse. Sans se mouiller, nous arrivons à la terrasse d’un petit bar léché par les vagues.
 
Nous rentrons au bateau vers 18h00 pour nous préparer à sortir diner dans un restaurant de poissons au port de pêche de Naoussa. Un apéro plus tard, nous quittons le pont de notre voilier. Le vent se faufile en sifflant entre les mats des bateaux voisins, à la manière d’un fantôme voulant rappeler sa présence. Une fois rassasiés, nous nous promenons dans les rues principales du port pour terminer au Fotis Mellios et boire un dernier verre au son des vagues s’échouant à nos pieds. A minuit, nous sommes tous au lit !


naxos grece voilier
Dans toutes les îles grecques (ici Naxos) le village principal porte le nom de 'Chora'.
 
epicerie traditionnelle naxos
  Epicerie traditionelle à Naxos.
 
marin grec
  Calebasse peinte représentant un marin grec.
  

JOUR 5: Naoussa – Naxos – Kalandos

Quelle bonne nuit ! Comme quoi on peut aussi très bien dormir dans un port du moment où seul le chuchotement de la brise douce et fraîche vient nous bercer. Les chouquettes sortent du four, le café est sur la table, la bonne humeur s’installe, le bateau s’éveille. Hector, un skipper en congé pour quelques jours, nous rejoint pour faire la traversée jusqu’à Naxos. Nous l’avons rencontré la veille au concert de Ross Daly et lui avons proposé d’embarquer. Quelques chouquettes plus tard, nous quittons Naoussa, direction Naxos !
 
Visite de Naxos
 
Eva propose à Eric de barrer ce qu’il accepte avec un plaisir non dissimulé. Elle surveille du coin de l’œil les manœuvres, corrige la voilure en fonction du vent, donne des instructions précises pour garder le bon cap. Le Beneteau 50 glisse sur des eaux calmes avec une force tranquille. Arrivé à Naxos, impossible de mouiller face à la baignade de la presqu’île de Palatia. L’aire est désormais réservée au speed ferry qui ne vient pourtant qu’une fois par jour. Nous accostons donc au débarcadère pour une balade au pas de course dans la Chora. Première étape importante, acheter du fromage, l’une des spécialités de l’île. Étape suivante, grimper vers le Kastro, en passant par la dernière porte fortifiée encore debout. Pas le temps de visiter les musées vénitien et byzantin, nous déferlons dans les passages voûtés en profitant quand même des senteurs typiques des bougainvilliers. De la citadelle, la vue panoramique est splendide. Nous redescendons vers la presqu’ile de Palatia où se trouve la porte de Naxiens, seul vestige du Temple d’Apollon, mais aussi seul monument achevé lors de sa construction. Nous nous retrouvons bientôt face à la Portara. La magie du lieu opère, que ce soit un navire militaire ou un voilier au loin, la vieille ville et ses baigneurs en arrière plan ou bien la majesté ciselée de ses falaises, chaque angle de vue a sa féérie.
 
Kalandos et son auberge
 
De retour au bateau, nous reprenons notre route vers le sud de l’île, direction Kalandos. Nous longeons les nombreuses plages de sable fin de la côte Est. Plus on s’éloigne vers le Sud, plus elles deviennent sauvages. Arrivé à Kalandos, nous assistons à une scène peu glorieuse pour notre image nationale, mais plutôt comique. Un petit rafiot rafistolé hissant pavillon français met les gaz pour nous griller la priorité au mouillage. Il échouera à quelques mètres de nous, mettant en fureur son capitaine qui ne trouvera rien de mieux que de nous insulter car dans sa course effrénée il a étouffé son moteur. Nous répliquons sans attendre. Surpris d'avoir affaire à des compatriotes, le capitaine malotru disparaît à l'intérieur du bateau. Mais double peine pour lui, en voulant jeter son ancre avant nous, il a posé la sienne sur l’ancre d’un voilier bien plus gros que le nôtre et le sien... Le grand voilier au pavillon turc doit manœuvrer pour démêler la situation. Nous avons un peu honte que nos couleurs soient hissées si bas mais il vaut mieux en rire pour garder notre bonne humeur! Quant aux marins turcs du bateau voisin, ils n'auront sans doute pas manqué de commenter notre drôle d'équipage où une femme vaut six hommes aux manoeuvres!
Après une baignade prolongée, rafraîchissante et revigorante jusqu’au soir, nous partons déguster du mouton local à l’auberge qui domine la baie. Un bon repas simple, légumes et côtelettes locaux très goûteux.


skipper Archipel
Eva connaît des lieux de rêve dans les îles accessibles en voilier seulement.
 
epicerie traditionnelle naxos
  Navigation tonique aujourd'hui!
 
marin grec
  Souvenir d'un bon moment à bord du voilier.
 
  

JOUR 6 et 7: Kalandos – Despotiko (Antiparos) - Paros

Au réveil, il n'y a plus un seul bateau autour de nous, la vue est dégagée, quel sentiment merveilleux que d'être seuls dans la baie. Le vent s’est levé aujourd’hui, la navigation risque d’être mouvementée! Nous larguons les amarres, direction le sud d’Antiparos, en face de l’île déserte de Despotiko. Le vent gonfle les voiles, le mat gémit, la coque s’ébranle, le bateau gite, la quille tire, la barre se durcit, notre voilier Archipel se stabilise sur son flanc bâbord. Il fend sans difficulté les vagues en se jouant de la houle écumante. Nous ne descendrons plus sous les 10 nœuds. Chacun trouve sa place naturellement. Cédric, imperturbable dans son lit, Jacques s’amuse en tentant le rappel, Laurent M. se cale sur sa banquette, Laurent P. et Alex profitent du spectacle à l’avant du bateau. En confiance, Eva laisse la barre à Éric et se concentre sur le réglage des voiles. Comme envoûtés, nous tenons la vague et le vent jusqu’à l’entrée du couloir menant à Agios Georgios. Le temps s’est arrêté, aujourd'hui nous sentons vraiment toute la force et la noblesse de la navigation à voile.
 
Nous faisons une pause dans une crique une fois de plus sublime. A Despotiko, nous mouillons face à sa colline ressemblant étrangement au Puy Griou cantalou. De l’autre côté, nous débarquons à Agios Georgios où nous croisons Vanessa et Georges, les propriétaires du bateau. Nous avons la joie de dîner tous ensemble dans une taverne traditionnelle au bord de l’eau devant un magnifique coucher de soleil. Le soir, de retour sur le bateau, Cédric nous prépare une pastèque à la souma (eau de vie locale) remède imparable contre l'insomnie.
Le retour vers Paros se fait sans encombre, nous croisons une nuée de skysurfs et de véliplanchistes en passant devant Punta. Le spectacle enchanteur se teinte pourtant d’un peu de nostalgie, ce sont nos derniers instants de croisière. Au loin l'entrée du port de Paros se profile, une place à quai nous y attend. Nous pourrons débarquer avec nos bagages à pied sec. Un dernier déjeuner ensemble sur le bateau et puis un dernier apéro avec notre skipper dans un bar typique près du port et nous voila partis. Dans une heure nous prenons le ferry direction Mykonos (oui, une fois de plus!).
 
50 ans de savoir-faire
dans les îles grecques
Conseils spécialisés
en direct
Equipages permanents gage de bateaux
bien suivis
Paiement sécurisé
CB et virement